Pindare

Ne crois pas, ma chère âme,
à la vie éternelle.
Mais épuise le champ du possible.

(Pindare, 518 – 438 av. J. C.)

Ce contenu a été publié dans Réflexions, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.