L’incomparable poésie par Georges Dayez

L’incomparable poésie

Les œuvres ici présentées, lithographies et aquatintes, témoignent, mieux qu’un écrit, du talent de Rena Tzolakis. Des mots ne peuvent ajouter à l’incomparable poésie qui en émane.
Mais voici ce qui fait leur prix et leur confère une originalité, une saveur singulière : elles ont fleuri dans son propre atelier et, depuis le grainage des pierres jusqu’à l’impression de la dernière couleur, tout est l’œuvre de ses mains.
Voilà la raison d’une admirable unité entre le concevoir et le faire, entre l’imagination plastique et le métier de l’imprimeur.

Georges Dayez
texte écrit à l’occasion de l’exposition personnelle (1971) de Rena Tzolakis
à la Galerie Anne Colin, 58 rue Mazarine, 75006 Paris

Ce contenu a été publié dans Critiques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.